Dépression

UNITÉ DE RECHERCHE EN PSYCHIATRIE

L’unité de recherche psychiatrique du RFSM se consacre au traitement des troubles dépressifs et bipolaires sur lesquels les traitements traditionnels n’ont aucun effet.

Environ 50% des patients avec des troubles dépressifs réagissent bien à la psychothérapie et aux antidépresseurs, environ 30% ne réagissent que partiellement et 20% ne tirent aucun bénéfice des thérapies traditionnelles. Parfois un traitement qui était efficace perd son efficacité au cours du traitement. Les raisons qui font que certains patients réagissent différemment aux traitements n’ont en grande partie pas encore pu être établies à ce jour.

Sous la direction du Prof. Dr. med. Gregor Hasler, l’unité de recherche psychiatrique du RFSM et de l’Université de Fribourg examine les facteurs qui prédisent l’efficacité des thérapies traditionnelles. L’unité recherche et développe également de nouvelles thérapies pour les patients qui ne réagissent pas suffisamment aux thérapies traditionnelles.

Les recherches de l’unité de recherche psychiatrique du RFSM concernent notamment les nouvelles options thérapeutiques suivantes:

  • Traitement à la kétamine: contrairement aux antidépresseurs traditionnels qui ont un effet sur la sérotonine et la noradrénaline, la kétamine agit sur le système glutamatérgique. Cela explique son effet rapide et son bénéfice pour les patients qui n’ont pas réagi aux antidépresseurs traditionnels. Outre l’effet de la kétamine, l’unité examine également les biomarqueurs du système glutamatérgique (moyennant tomographie par émission de positons et spectroscopie par résonance magnétique).
     
  • Traitement à la toxine botulique A: il y a un lien étroit entre les muscles du visage et les sentiments. Des études cliniques ont démontré que le fait de paralyser la ride de colère au-dessus du nez à l’aide de la toxine botulique A («Botox») a un effet antidépresseur. Dans le cadre d’une étude, nous analysons les mécanismes de cet effet (modification de la régulation des émotions, de l’attention; amélioration des interactions sociales).
     
  • Amélioration de la prévention des rechutes: les troubles dépressifs et bipolaires, mais aussi les psychoses, évoluent de manière épisodique. Cela signifie que l’activité de la maladie varie fortement avec le temps. La détection précoce et la prévention des rechutes sont des mesures efficaces en cas de maladies psychiatriques graves et la détection rapide des péjorations de l’état de la maladie est cruciale dans ce contexte. L’unité développe une application qui aide à reconnaître les rechutes de manière précoce à l’aide de capteurs de smartphone.